Un tour du monde ? J’en rêve !

« Un tour du monde ? J’en rêve ! ». Combien de fois n’avez pas entendu cette phrase ? Alors que certains ne font qu’en rêver, d’autres prennent à bras le corps leur désir « d’ailleurs » et donnent vie à leur projet. C’est le cas de la famille Lebon : Virginie, Frédéric et leurs garçons, Quentin et Thibault, partis en 2013 pour 8 mois de voyage autour du monde. Quand le rêve devient réalité, il marque à tout jamais ceux qui le vivent ! Rencontre.

NOMAD : Qui êtes vous et comment avez-vous pris la décision de partir découvrir le monde ?

« Nous sommes l’une de ces banales familles composée – ou plutôt recomposée -, de trois enfants âgés aujourd’hui de 11, 14 et 23 ans, et qui chaque année en réponse à l’éternelle question : si on gagnait au loto, on ferait quoi ? répondait invariablement : LE TOUR DU MONDE ! Mais voilà.., on n’a jamais joué au loto !
Et puis, un jour, l’aîné des enfants s’en va vivre sa vie, et là on prend conscience à quel point le temps nous file entre les doigts. Alors on se dit, après tout, est-il vraiment besoin de jouer au loto pour réaliser ses rêves, profiter de la vie et de ses enfants ?
C’est ainsi que début 2012, nous avons commencé à évoquer la possibilité de partir. Quentin avait alors 8 ans, Thibault 11 ans et le plus grand, Thomas, 21 ans. Nos professions nous permettait d’obtenir un congé sabbatique sans trop de difficultés mais il restait encore à évaluer et surtout à trouver le budget ! Un rapide audit de nos biens a révélé qu’à part notre maison – dont nous étions propriétaire – nous n’avions pas grand chose à vendre ! Qu’à cela ne tienne, nous l’avons mise en vente et, quelques mois plus tard, nous avions notre budget pour partir mais aussi de quoi assurer notre retour ! Le 15 octobre 2013, nous étions fin prêts à vivre une aventure de 8 mois en famille autour du monde ! »

NOMAD : Pourquoi être partis 8 mois et pas 10 ou 12 mois ?

« Nous avons pris en considération différents facteurs. Tout d’abord, en lisant les blogs de familles parties avant nous faire le tour du monde, nous nous sommes rendu compte qu’il était conseillé de choisir une durée ni trop courte (pas moins de 6 mois) ni trop longue (pas plus d’un an). Ensuite, nous avions la contrainte de la vente de notre maison, un déménagement à gérer que nous souhaitions hors période scolaire et un retour suffisamment tôt, avant la rentrée suivante. De plus, les enfants tenaient à être de retour avant la fin de l’année scolaire pour revoir leurs copains et participer aux festivités de fin d’année. Enfin bien sûr, nous avons pris en compte le budget total pour les pays que nous souhaitions traverser. Après un conciliabule familial, nous sommes donc tombés d’accord sur une période de 8 mois. »

NOMAD : Comment avez-vous choisi votre itinéraire ?

« Notre itinéraire a été construit en famille grâce à une grande mappe monde accrochée au mur. Nous étions tous armés de gommettes de couleur afin de préciser nos souhaits. Il y a eu les « incontournables », les « j’aimerais bien » et de nombreuses « grandes frustrations » ! Plusieurs mois ont été nécessaires pour déterminer l’itinéraire définitif en tenant compte des climats – autant éviter moussons, typhons et cyclones en tous genres ! -, ainsi que des contraintes du billet d’avion Tour du monde. Notre choix s’est donc porté sur le Japon, la Chine, le Laos, le Vietnam, le Cambodge, la Nouvelle Calédonie, l’Australie, la Nouvelle Zélande, la Polynésie française, le Chili, la Bolivie, le Pérou, les Galapagos, la Martinique et les Etats-Unis. »

NOMAD : Voyager aussi longtemps avec des pré-ados, n’est-ce pas difficile ?

« Franchement non ! Voyager avec des enfants de 10 et 13 ans est d’une facilité évidente ! Pour nous, cela se résume ainsi : aucun problème de santé, de sécurité ou alimentaire auxquels viennent s’ajouter une capacité d’adaptation et une autonomie extrêmement confortables pour les parents. Ils peuvent dormir n’importe où, à n’importe quelle heure, manger ce que l’on trouve, s’occuper des heures durant avec des milliers de pages de lecture englouties – vive les liseuses électroniques ! – et quelques heures de consoles de jeux. On peut facilement les laisser seuls à « la maison » ou gardés par de « nouveaux amis » ou encore se balader en toute autonomie et à leur rythme dans un musée. Avec de plus jeunes enfants, nous n’aurions peut-être pas pu explorer certains endroits comme par exemple la muraille de Chine, faire certaines randos en Nouvelle Zélande, aux Etats Unis dans les canyons ou la montée au sommet du Machu Picchu. Par ailleurs, ils font preuve d’une participation active au voyage avec l’assurance, pour nous parents, d’une belle inscription dans les mémoires de ces grandes découvertes et d’anecdotes qui n’appartiennent qu’à nous. Et puis bien sûr, il y a le partage en famille d’une complicité unique, que ce voyage aura bâtie et consolidée à jamais. »

NOMAD : 8 mois de voyage, c’est 8 mois d’école buissonnière ?

« Ah ! l’école… Il est vrai que si nous avons bien ri, bien chanté et bien voyagé autour du monde, il faut cependant aborder ce qui nous a sérieusement fait déchanter en compagnie d’enfants de 10 et 13 ans ! Arrive loin devant, à l’unanimité de toutes les familles rencontrées : l’obligation scolaire en voyage ! Soyons francs et honnêtes, on a tous envie de faire autre chose qu’ouvrir les cahiers. Le point positif est que les enfants ont pris conscience à quel point ils aimaient l’école avec les profs et les copains, loin des parents ! Quand on voyage avec des « grands », il faut donc penser à intégrer ce paramètre du temps scolaire dans l’organisation des journées. Nous avons fait travailler Quentin et Thibault quotidiennement environ 2h, ce qui a permis à ce rythme de balayer sans problème tout le programme de CM2 (maths, français, anglais) et 4e (Maths, français, histoire-Géo, langues). Mais franchement, cela aura été la plus grosse contrainte de ce voyage ».

NOMAD : Que retenez vous de cette grande aventure familiale ?

« Quand on nous demande quels ont été les meilleurs moments de ce grand voyage, reviennent à l’unanimité les moments partagés avec d’autres familles tourdumondistes, d’autres voyageurs ou encore notre propre famille qui nous à rejoint en chemin. Et puis, il y a tous ces souvenirs accumulés et gravés à jamais dans nos têtes et nos cœurs… »

NOMAD : Comment avez-vous vécu votre retour en France ?

« Après 8 mois à courir autour du monde à huis clos, le retour n’est pas un retour comme les autres. Et même aujourd’hui, évoquer les sentiments qui nous ont traversés, qui nous habitent toujours et évoluent chaque jour, est difficile. Comment faire partager cette aventure et son vécu qui nous sont si personnels, si intimes, si uniques ?…

I Extrait du blog I Lebon Tour Du Monde I

… En quelques mots, voici ce que l’on peut vous dire :

Ce que l’on peut vous dire, c’est qu’on est heureux de vous retrouver tous, parents et amis.
Mais ce que l’on ne vous a pas toujours dit, c’est à quel point vous nous avez manqué.

Ce que l’on peut vous dire, c’est que l’émotion de cette dernière journée à New York restera gravée à jamais.
Mais ce que l’on ne vous dit pas, c’est qu’il a plu sur nos visages.

Ce que l’on peut vous dire, c’est que tout s’est merveilleusement passé.
Mais ce que l’on ne vous dit pas, c’est qu’on en a parfois eu assez de faire nos sacs.

Ce que l’on peut vous dire, c’est qu’on a vu des choses incroyables.
Mais ce que l’on ne vous dit pas, c’est qu’on a parfois fermé les yeux.

Ce que l’on peut vous dire, c’est qu’on a fait de magnifiques rencontres.
Mais ce que l’on ne vous dit pas, c’est qu’on n’a pas toujours tout compris.

Ce que l’on peut vous dire, c’est que tout était fabuleux.
Mais ce que l’on ne vous dit pas, c’est qu’on était fatigués parfois.

Ce que l’on peut vous dire, c’est que vivre ensemble tout ce temps était à peine croyable.
Mais ce que l’on ne vous dit pas, c’est qu’on s’est parfois parlé un peu fort.

Ce que l’on peut vous dire, c’est qu’on n’a pas vraiment changé.
Mais ce que l’on ne vous dit pas, c’est que cette aventure nous a transformés.

Ce que l’on peut vous dire, c’est que la liberté a très bon goût.
Mais ce que l’on ne vous dit pas, c’est qu’on n’a pas toujours eu envie de rentrer.

Ce que l’on peut vous dire enfin, c’est qu’on est bel et bien rentrés avec ce que la vie et la planète nous ont offert de plus beau.
A ce jour … »

 

I Crédit Photos : Famille Lebon I Blog : LebonTourDuMonde I

Stéphanie Estève

NOMAD, "webzine voyageur et chineur d'idées", prend forme aujourd'hui sous la plume généreuse de contributeurs disséminés aux quatre coins de la planète. Vous êtes passionnés de voyages ? de photographies ? Montrez votre travail, rejoignez notre équipe de globe-trotteurs rédacteurs !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *